Gestion des ressources naturelles : MCA-Niger en supervision dans les régions

Du 15 au 24 juin, l’équipe Agriculture résiliente au Climat (CRA) de MCA-Niger sillonne les différentes régions d’intervention du Compact pour apprécier le niveau de préparatif de la campagne agricole 2022. Autre objectif majeur, superviser les sites de récupération de terre et de régénération naturelle assistée (RNA).

La délégation a ainsi été sur des sites dans les régions de Tillabéry, Dosso, Tahoua et Maradi. Près de 65% des 70.000 hectares prévus ont été traités dans ces régions, selon le Responsable chargé de l’Agriculture, Nahé Alassane.

La régénération naturelle assistée qui consiste à élaguer les jeunes arbres et mettre une distance minimum de 10 mètres entre les plantes, permet à la végétation de se régénérer plus rapidement dans les zones traitées.

La RNA est mise en œuvre sur les terres arables où la végétation est toujours présente. Dans le cas des terres dégradées (terres rocailleuses sous l’effet de l’érosion et des activités humaines), la récupération s’impose pour leur redonner une nouvelle vie.

Combinaison de demi-lune et de cordons pierreux sur le site du village de Guidan Kara.

Ce procédé consiste à mettre en place des demi-lunes, des zaï[1] et des cordons pierreux sur ces terrains. Ces ouvrages vont favoriser le retour du couvert végétal qui pourrait être utilisé pour l’agriculture et l’élevage. Pour maximiser les résultats, il est important de combiner différents types d’ouvrages. Sur le site du village de Guidan Kara dans la commune de Doguéraoua (Région de Tahoua) des cordons pierreux ont été ajoutés à des demi-lunes. Des arbres sont plantés ensuite près des ouvrages auxquels des herbacés sont ajoutés.

Ces activités menées avec le concours des populations revêtent une double utilité, explique Abdou Tanda, Maire de Moko. « Le premier intérêt est de faire en sorte que les terres dégradées soient régénérées (…) pour le pastoralisme et l’agriculture. Le second intérêt est économique ; la récupération des terres représente une manne financière pour les populations. L’année passée sur les 39 villages de notre commune, 29 villages étaient déficitaires. Grâce à cette activité plusieurs millions ont été injectés dans la commune. »

Le Maire de Moko sur un site de récupération de terre de Tombo Djambé.

En marge des activités de la RNA et de la récupération des terres, la mission a rencontré quelques bénéficiaires des kits de petits ruminants dans les différentes régions.

Une bénéficiaire du kit petits ruminants dans le village de Koumtchi (région de Maradi).

Chaque kit est constitué de 3 chèvres et d’un bouc. Sur environ 8000 kits prévus, un peu plus de 70% ont été distribués dans les différentes régions.

[1] Une technique culturale traditionnelle originaire d’Afrique de l’Ouest très pratiquée au Mali, Niger et au Burkina Faso.

MCA-Niger sensibilise des communautés de Dosso sur les actes fonciers

Dans la mise en œuvre de l’activité Agriculture résiliente au climat (CRA), en particulier des Sous-ICRIPs (Plans d’Investissements Résilients au Climat), des études Etudes d’Impact Social ont été menées sur les différents sites prévus pour les infrastructures relatives à la petite irrigation dans la région de Dosso.

Les communautés ont adhéré à la proposition de retrait d’actes fonciers non conformes.

Malheureusement, des actes de transaction foncière (actes de donation) ont été établis à ce stade contrairement à l’esprit de la norme d’acquisition des terres (NP5 de la SFI) et des standards de l’Etat en matière de sécurisation foncière.

Cette mission est destinée à échanger avec les communautés concernées et surtout inviter l’autorité compétente à prendre un arrêté pour le retrait des actes concernés.

Pour ce faire, la mission de MCA-Niger a organisé depuis le 31 mai 2022 des rencontres publiques dans la commune de Kargui-Bangou, notamment les villages de Toulmey, Boulal, Tamo Koira, Rabba et la commune de Tessa, précisément les villages de Mamane dey, Falwal-Tessa, Leyley-Gorou et Tourobon.

 

Au terme de ces échanges, les communautés locales ont unanimement marqué leur adhésion à la nouvelle démarche qui a permis aux autorités communales de prendre un arrêté portant sur le retrait des actes non conformes.

MCA-Niger est appuyé dans cette activité par le Secrétariat Permanent du Comité National du Code Rural et ses démembrements et les autorités municipales des communes visitées.

Les études environnementales et sociales des périmètres irrigués en discussion à Maradi

Cette rencontre du 7 au 8 avril 2022, vise à évaluer les rapports provisoires de ces études dans le cadre de la réalisation des périmètres irrigués dans la région de Maradi. Ces études concernent les communes de Guidan Roumdji, Dan Goulbi et Sabon Machi, des zones d’intervention de MCA-Niger.

Cet atelier se donne en outre pour objectifs d’informer les populations des zones du projet sur l’ampleur des impacts potentiels et les risques environnementaux et sociaux des activités des projets afin que leurs attentes puissent être prises en compte. Il est également question de partager les trouvailles des études avec les différentes parties prenantes.

Etape non moins importante de ce processus, la validation des rapports des études d’impact environnemental et social de l’activité petite irrigation par le Comité ad ’hoc mis en place par le Ministère de l’environnement.

 

MCA-Niger accorde 181 millions de FCFA de subventions à 3 organisations du monde rural

Trois organisations ont reçu le mardi 8 mars dans les locaux du Centre Culturel américain de Niamey des subventions d’un montant total de 312 285 dollars, soit 181 millions de FCFA. MCA-Niger avait déjà alloué plus de 3 milliards de FCFA à une vingtaine d’organisations.

Les bénéficiaires des subventions ont salué ce soutien de MCA-Niger qui va contribuer à améliorer leurs activités.

La cérémonie qui a été rehaussée par la présence de la Vice-Présidente de MCC, Fatema Sumar, constitue la dernière phase des remises des subventions au titre de la Facilité de Subventions du MCA-Niger.

« Le choix du secteur rural a été délibéré », selon le Directeur du projet Communautés Résilientes au Climat (CRC) Abdallah Maiguizo. « Ce secteur emploie 80% des populations nigériennes, dont la majorité constitue une couche vulnérable et pauvre. Le Compact leur est presque entièrement consacré dans leur lutte contre la pauvreté et la résilience au changement climatique. » a-t-il ajouté lors de son allocution.

MCC aux côtés des acteurs du monde rural

La vice-présidente du MCC, s’est réjouie d’être aux côtés de ces organisations rurales en ce jour symbolique du 8 mars, célébrant le courage et la détermination de la femme dans le monde.

Adama Labo, Présidente de l' Union Kande Gomni Tara (Gaya).
Adama Labo, Présidente de l’ Union Kande Gomni Tara (Gaya).

Les trois bénéficiaires de la subvention sont l’Entreprise Coopérative de Konni qui regroupe 1918 bénéficiaires directs dont 349 femmes et 1569 hommes, le Projet de transformation de riz paddy de la Scoops Kandé Gomni de Tara (Gaya) qui compte 237 bénéficiaires directs dont 211 femmes et 26 hommes et le Projet de transformation d’arachide et d’embouche bovine du Groupement Dogoney de Tchangalla de la région de Dosso.

Le Compact du Niger a prévu de subventionner des projets portés par les coopératives et groupements ruraux qui évoluent dans le domaine de la production, la transformation et la commercialisation des produits agricoles, par l’entremise d’un guichet spécial cogéré par MCA-Niger et son partenaire United States African Development Foundation (USADF).

 Les bénéficiaires saluent à l’unanimité cette manne de MCC

Les trois coopératives bénéficiaires de ces subventions, enthousiastes ne tarissent pas d’éloges à l’endroit du bailleur.

« Ce jour est une date mémorable pour l’ensemble des de 1720 membres de notre coopérative. Cette subvention vient à point nommé pour booster nos productions agricoles cette fois ci », reconnait Elhadji Moussa Mamane, Président de la Coopérative Allah Ka Taimakému de l’Aménagement Hydro Agricole (AHA) de Konni.

Elhadji Moussa Mamane, Président de la Coopérative Allah Ka Taimakému de Konni, recevant le certificat de la subvention des mains de la Vice-Présidente de MCC, Fatema Sumar.

Les femmes ont également exprimé toute leur gratitude à l’égard du Programme Compact qui vient soulager leurs peines. « Nous adressons nos sentiments de remerciements et de reconnaissance aux donateurs. Nous sommes très reconnaissantes à l’endroit de MCA-Niger pour cet appui. Nous nous engageons à bien utiliser cette subvention au profit des présentes et futures générations », a déclaré Adama Labo, Présidente de l’Union Kande Gomni de Tara (Gaya) dans une émotion à peine contenue.

Farouk Mamane, Président de la Coopérative des Jeunes de Tchangalla de Kargui Bangou (Dosso).

Avec donc ces trois subventions, MCA-Niger vient de boucler les opérations de subventions pour une enveloppe de 7,5 millions dollars.

Cet appui vise à booster les activités de ces structures afin de contribuer à lutter contre la pauvreté par la croissance économique.

Participation du MCA-Niger au SAHEL 2022

La 7ème édition du Salon de l’Agriculture, de l’Hydraulique, de l’Environnement et de l’Élevage (SAHEL) s’est déroulée du 25 février au 2 mars 2022 à Niamey. MCA-Niger y a activement pris part.

Ce Salon a été aussi l’occasion d’échanger avec les différentes couches de la, société.

Le SAHEL de cette année a pour thème: « L’Agriculture nigérienne dans la zone de libre échange continentale africaine. Comment assurer la modernisation des techniques, la compétitivité des chaines de valeurs, l’entreprenariat des jeunes et des femmes » à l’ère de la ZLECAF (Zone de libre échange continentale africaine).

Les entrepreneurs et partenaires techniques et financiers ont exposé les progrès et innovations de leur secteur d’activité.

Le personnel de MCA-Niger et partenaires mobilisés durant ce SAHEL.

Acteur clé de la lutte contre la pauvreté, MCA-Niger a activement participé à cette rencontre pour partager avec les visiteurs l’état d’avancement des différents projets mis en œuvre dans le cadre du Programme Compact depuis de quatre ans.

Ce participant venu de Dogueroua (région Tahoua) a bénéficié d’un financement de MCA-Niger pour des activités de stockage et de commercialisation de céréales.

Il s’agissait aussi pour le Millenium Challenge Account – Niger d’échanger sur les opportunités de subventions des projets résilients au climat, mais surtout promouvoir les actions de MCA-Niger relatives à l’irrigation et à l’élevage tout en mettant en avant le rôle moteur du secteur privé dans l’importation et la distribution des engrais.

Contrôle de la qualité des engrais : des inspecteurs formés

Poursuite de la mise en œuvre des différents éléments de la Réforme du Secteur des engrais au Niger.

Pour une efficacité optimale des activités de distribution des intrants au Niger, les inspecteurs chargés du contrôle et de l’inspection des engrais, ont été outillés à Maradi du 23 au 27 février 2022.

Les inspecteurs vont jouer un rôle crucial dans le respect des standards des engrais exigés au Niger.  

Des équipements vont être installés bientôt à certains postes frontières pour assurer l’inspection des engrais.

Le laboratoire des sols de l’INRAN a été mandaté par le Ministère de l’Agriculture pour effectuer les analyses officielles de la qualité des engrais. Ces équipements basés à Niamey fonctionnent à flux continu pouvant faire plus de 100 échantillons par jour (azote, potassium, phosphore).

La Réforme du secteur des engrais fait partie d’une série d’initiatives du Gouvernement nigérien soutenues techniquement et matériellement par MCA-Niger dans la mise en œuvre du programme Compact.

Une deuxième session de renforcement de capacités des inspecteurs des engrais est prévue à Dosso 28 février au 4 mars 2022.

MCA-Niger et ses partenaires ont échangé sur la sécurisation foncière des exploitants agricoles du périmètre de Konni

Cette rencontre technique tenue le jeudi 17 février 2022 vise à harmoniser les points de vue et les attentes des différentes parties prenantes sur l’inscription des droits fonciers des détenteurs de parcelles sur le titre foncier du périmètre irrigué de Konni.

Au tour de la table, les parties prenantes au chantier de Konni.

Au cours des travaux, les participants ont planché sur les enjeux liés à la production des documents fonciers relatifs à la sécurisation des personnes affectées par le projet (PAP). Ils ont également évoqué des options éclairées pour assurer la sécurisation foncière des PAPs conformément aux textes en vigueur.

Au terme des échanges, les parties prenantes à ce projet du périmètre irrigué de Konni (Cadastre, ONAHA, le Consultant MSA) ont mis sur pied un comité restreint chargé de choisir l’option idoine et proposer une feuille de route pour la conduite du processus d’inscription.

Rodrigue Bationo, Manager du Foncier à MCA-Niger a salué la qualité des discussions. « L’inscription des droits fonciers des personnes affectées par le projet au Titre Foncier-Mère du périmètre de Konni confère aux exploitants plus de sécurisation juridique. Le certificat qui leur sera délivré est opposable au tiers « , a-t-il expliqué.

Le bilan 2021 du foncier au centre d’une rencontre organisée par MCA-Niger

L’équipe en charge des questions foncières au sein de MCA-Niger et les membres du Projet Communautés Résilientes au Climat (CRC) ont passé en revue l’année 2021 et se sont penchés sur le Plan Foncier 2022 du projet.

Au cours de ces deux jours de travaux, les participants ont planché sur l’élaboration d’un plan de travail de l’ensemble des activités du foncier du projet CRC pour cette année dans la mise en œuvre d’une série d’initiatives dans le Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS) et l’Agriculture résiliente au climat (CRA).

Pour Rodrigue Bationo, Manager du Foncier à MCA-Niger,  » La tenue de cet atelier-bilan du plan foncier CRC 2021 s’imposait; les résultats engrangés, les difficultés rencontrées constitueront une référence de bord pour dégager les perspectives d’actions concrètes à mener pour 2022 sur les activités de sécurisation et de Gouvernance foncière dans le projet 2 du Compact du Niger. »

La dimension foncière est sensible et doit être approchée avec minutie et professionnalisme, surtout dans la mise en œuvre de projets structurants comme ceux du Compact du Niger dans lesquels, cette problématique est de mise, notamment dans les activités d’irrigation et celles du Projet Communautés Résilientes au Climat.

Fonds Commun des Engrais : le Manuel de procédures validé

Un pas important franchi dans le processus de réforme du secteur des engrais au Niger !  Le document de référence en vue d’une gestion efficace du Fonds Commun des Engrais (FCE) au Niger a été validé ce jeudi 11 novembre 2021 à l’issue d’une rencontre qui a regroupé les différentes parties prenantes de ce secteur.

En vue de surmonter les difficultés relatives à la disponibilité des engrais au Niger, l’Etat a opté pour une réforme de ce domaine stratégique.

Dans cette perspective des organes de contrôle et de gestion ont été mis en place : l’Observatoire du Marché des Engrais au Niger (OMEN) et le Comité Technique des Engrais au Niger (COTEN).

Cette phase importante franchie, il était primordial de doter ce processus d’un Fonds commun des engrais (FCE). Ce qui fut fait !

Une fois cette étape réalisée, la gestion de ce fonds posait des questions de gouvernance.  D’où la nécessité de mettre en place pour le secteur des engrais un manuel de procédures administratives, financières et comptables pour une gestion optimale et rigoureuse de ces ressources financées par l’Etat et les partenaires dont MCA-Niger.

« Un manuel simple et dynamique »

Pour Djibo Bagna, Président de l’OMEN, ce manuel est un outil précieux dont l’utilisation va « rassurer les opérateurs économiques. » Selon lui, ce manuel permet d’avoir « une vision globale. »  Il a émis le vœu qu’il ne subisse pas le même sort que certains documents de référence dont la mise en place n’a pas contribué à améliorer la gouvernance dans d’autres secteurs. Djibo Bagna a exhorté les participants à proposer une mouture finale « simple, pratique et dynamique. »

Le Président de l’OMEN, Djibo Bagna (au centre) a relevé l’importance de ce manuel dans la gestion rigoureuse du Fonds Commun des Engrais.

Au terme des échanges, le manuel a été validé par les participants représentant l’Association nigérienne des importateurs et distributeurs d’engrais (ANIDE), le Ministère de l’Agriculture, le Ministère des Finances, MCA-Niger (le partenaire de l’Etat dans cette réforme) et des représentants du monde paysan.