Le bilan 2021 du foncier au centre d’une rencontre organisée par MCA-Niger

L’équipe en charge des questions foncières au sein de MCA-Niger et les membres du Projet Communautés Résilientes au Climat (CRC) ont passé en revue l’année 2021 et se sont penchés sur le Plan Foncier 2022 du projet.

Au cours de ces deux jours de travaux, les participants ont planché sur l’élaboration d’un plan de travail de l’ensemble des activités du foncier du projet CRC pour cette année dans la mise en œuvre d’une série d’initiatives dans le Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS) et l’Agriculture résiliente au climat (CRA).

Pour Rodrigue Bationo, Manager du Foncier à MCA-Niger,  » La tenue de cet atelier-bilan du plan foncier CRC 2021 s’imposait; les résultats engrangés, les difficultés rencontrées constitueront une référence de bord pour dégager les perspectives d’actions concrètes à mener pour 2022 sur les activités de sécurisation et de Gouvernance foncière dans le projet 2 du Compact du Niger. »

La dimension foncière est sensible et doit être approchée avec minutie et professionnalisme, surtout dans la mise en œuvre de projets structurants comme ceux du Compact du Niger dans lesquels, cette problématique est de mise, notamment dans les activités d’irrigation et celles du Projet Communautés Résilientes au Climat.

MCC fête son 18e anniversaire

Le 23 janvier dernier marque les 18 ans de la création du Millennium Challenge Corporation (MCC).

Travaux de réhabilitation du périmètre irrigué de Konni, un des projets phares du Compact du Niger.

Cette agence américaine spécialisée dans les programmes de développement a pour mission essentielle de contribuer à la lutte contre la pauvreté dans les pays en développement.

Pour ce faire, elle travaille avec des gouvernements pour mettre sur pied des projets structurants qui agissent sur les causes profondes de la pauvreté, notamment en milieu rural.

Au terme d’un processus rigoureux de sélection avec à la clé des scores attribués aux pays, un accord est signé en vue de la réalisation d’un programme de cinq ans dénommé Compact.

Le Niger fait partie des rares pays à avoir passé avec succès ce test pour bénéficier d’un programme lancé depuis 2018 avec une enveloppe de plus de 250 milliards de FCFA.

MCA-Niger investit dans les travaux d’infrastructures stratégiques dont la RN7 Dosso-Bella qui relie le Niger au Bénin.

Les projets du Compact du Niger interviennent dans l’agriculture, l’irrigation, la réhabilitation des routes, l’élevage, la récupération et restauration de terres dégradées, etc.

Le Directeur de MCC par intérim, Mahmoud Bah a salué le chemin parcouru et appelé à poursuivre sur la même lancée afin de parvenir au changement escompté dans la vie des communautés.

Vidéo des 18 ans de MCC https://www.mcc.gov/news-and-events/video/video-012122-mcc-at-18

 

 

 

Campagne de sensibilisation santé animale : la caravane est à Tahoua

Après Niamey, Tillabéry, Dosso et Agadez, la campagne « CASSANI » se poursuit dans la région de Tahoua du 8 au 21 novembre 2021 avec les étapes de Konni, Abalak, Tchinta, Keita, Bouza et Madaoua.

Des groupements de femmes et de jeunes ont pris part aux échanges.

La campagne initiée par MCA-Niger et mise en œuvre par l’Agence Mougani, vise à informer et sensibiliser les éleveurs sur la portée de la vaccination de leurs animaux contre des maladies à l’instar de la Peste des Petits Ruminants (PPR) et la Péripneumonie contagieuse bovine (PPCB). La sensibilisation porte en outre sur l’importance du marquage auriculaire.

Au menu de la tournée, des rencontres d’échanges avec les éleveurs, les leaders d’opinions, les techniciens d’élevage et la projection de films et de sketches de sensibilisation sur la santé animale pour les groupements féminins des sites pastoraux.

Les projets des organisations paysannes de Maradi financés par MCA-Niger à l’étape de la mise en œuvre

Le Programme Compact du Niger par le biais de son activité Agriculture Résiliente au Climat (CRA) axée sur le développement agricole appuie des organisations en milieu rural pour faire face aux chocs liés aux climatiques. Dans le cadre de la mise en œuvre du Volet « Facilité de Subventions » de MCA-Niger, plusieurs projets essentiellement agricoles ont été financés dans la région de Maradi dans les communes de Chadakori, Guidan Roumdji et Dakoro notamment.

Ces financements contribuent à l’autonomisation des femmes en milieu rural.

Il s’agit de subventionner des projets bancables initiés par les coopératives et groupements ruraux évoluant dans le domaine de la production, la transformation et la commercialisation des produits agricoles grâce à un guichet spécial cogéré avec United States African Development Foundation (USADF) représenté par l’ONG ADLI, des partenaires de MCA-Niger.

Ces entreprises privées sont spécialisées dans le stockage, la transformation et la production semencière.

Les bénéficiaires des subventions octroyées pour le compte de la première phase de cette assistance, sont à l’étape de la mise en œuvre.

L’encadrement des organisations communautaires a été un long processus minutieusement piloté par l’ONG ADLI.

Faire face aux chocs climatiques

Ramatou Ali, Secrétaire Générale de l’Union Kishin Kai se réjouit de la contribution du Programme Compact à l’autonomisation des femmes du village de Dargué. « Notre coopérative comprend actuellement 218 membres. Au début, nos moyens étaient très limités. Après, nous avons reçu la subvention de MCA d’un montant de 39 millions francs CFA, qui nous permet de développer nos activités. »

La Facilité de Subvention pour l’Agriculture Résiliente au Climat à travers des financements fournit des services de développement aux entreprises, leur permet d’accroître les investissements dans les actifs productifs et l’adoption des pratiques et technologies agricoles respectueuses de l’environnement.

Au nombre des activités financées par MCA-Niger, le stockage et la vente des produits agricoles occupent une place de choix. « C’est la période de récoltes. Nous avons un comité chargé d’effectuer des achats de mil, d’arachide et niébé pour ravitailler le magasin. A la fin de la semaine, le comité nous livre le stock acheté et nous mettons à leur disposition de nouveaux fonds pour continuer les achats », témoigne Tsayaba Arzika de la Coopérative GANE MU SAMU de Hannou Gazane.

Le stockage et la vente des produits agricoles, au cœur des activités des coopératives.

Afin d’apporter de la valeur ajoutée à leurs produits, des organisations agricoles pour la plupart féminines ont opté pour la transformation, notamment de l’arachide. « Nous faisons de la transformation alimentaire à travers la production de l’huile d’arachide », renseigne Nana Tillaou, Secrétaire Générale de la Coopérative MATA DA KWASHE Hannou Ga Zane.

Dans la localité de Chadakori, l’existence d’un marché en croissance et la présence d’un cheptel important en toute période de l’année, ont amené les jeunes à s’organiser à travers une coopérative pour la modernisation et transformation de viande dans des conditions optimales de propreté et d’hygiène.

Les bouchers de Chadakori ont amélioré leurs activités grâce à la subvention de MCA-Niger.

Des semences de qualité, gage d’une bonne productivité

Le troisième secteur ayant bénéficié de subventions concerne l’appui à la production des semences de qualité afin d’améliorer les rendements agricoles. C’est les cas de la ferme semencière AMATE et la ferme FESLA désormais citées en référence dans la production des semences de mil de qualité et d’une nouvelle variété de maïs très sollicitées par les instituts de recherche comme l’INRAN et les universités.

Les impacts des investissements de MCA-Niger dans le cadre du Compact sont perceptibles dans le quotidien des bénéficiaires dans leur résilience face aux effets du changement climatique et leurs corollaires.

Plus de 3 milliards de FCFA alloués aux organisations agricoles

La disponibilité de MCA-Niger à accompagner les communautés rurales dans leurs activités socioéconomiques est également saluée par les bénéficiaires à l’image de Illa Ousmane, Président de la coopérative HANGEN GABA du village de Magagi Korê.

Lire aussi : Unité de transformation de viande ‘’kilichi’’ de Chadakori, expression du soutien de MCA-Niger au Secteur Privé

Pour rappel, MCA-Niger a déjà alloué le 9 Juillet 2020 plus de 3 milliards FCFA à 52 organisations du secteur privé dans le cadre de la facilité de subventions du Programme Compact du Niger.

Pour la deuxième phase de la Facilité de Subventions, 9 organisations sélectionnées ont reçu au total des subventions d’un montant total de plus de 375 millions de FCFA.

Unité de transformation de viande ‘’kilichi’’ de Chadakori, expression du soutien de MCA-Niger au Secteur Privé

MCA-Niger dans son appui au Secteur Privé a octroyé des subventions à plusieurs organisations agropastorales spécialisées dans la production, la transformation et la commercialisation de produits agricoles.

Au nombre de ces groupements bénéficiaires, la Coopérative des Jeunes Bouchers de Chadakori (Commune Rurale) de la région de Maradi.

Les activités de cette Coopérative ont connu une montée en puissance de la production de Kilchi (viande séchée) grâce à ce financement.

Elle s’est dotée et d’un local et d’une unité de fabrication dans des conditions optimales d’hygiène et de sécurité. Ces équipements modernes permettent à la coopérative de voir l’avenir avec plus d’assurance.

Activités florissantes

L’objectif général de ce projet financé à hauteur de 58 millions de FCFA est d’améliorer les conditions de vie de 30 jeunes bouchers, membres de l’Association de manière directe à travers l’amélioration des revenus issus de leurs activités.

Cet appui a sensibilement impacté les activités de cette jeune coopérative, selon son Président Saadou Oumarou. Celui-ci se félicite des conditions optimales d’hygiène et de sécurité garanties par les infrastructures et les équipements. La demande quotidienne de la clientèle ne cesse de croitre, affirme-t-il, sourire en coin.

« Les témoignages des consommateurs nous réconfortent quant à la qualité de nos produits », se réjouit Inoussa Oumarou, Vice-Président des Jeunes Bouchers.

Grâce à la subvention de MCA-Niger, cette coopérative peut produire le  »Kilichi » dans des conditions d’hygiène et de sécurité certaines.

La coopérative ambitionne d’atteindre d’autres marchés en participant à des foires agricoles dans la sous-région.

Dans son soutien au secteur privé, MCA-Niger a déjà alloué le 9 Juillet 2020, plus de 3 milliards FCFA à 52 organisations du secteur privé dans le cadre de la facilité de subventions du programme Compact.

Pour la deuxième phase de cette même initiative, les récipiendaires ont reçu le 14 septembre dernier plus 375 millions de FCFA.

Deuxième appel à proposition dans le cadre des facilités de subvention du CRA

La Facilité de Subvention pour l’Agriculture Résiliente au Climat propose à travers des subventions, de fournir des services de développement aux entreprises, d’accroître les investissements dans les actifs productifs et de permettre l’adoption des pratiques et technologies agricoles respectueuses de l’environnement.

A travers ce deuxième appel à propositions, USADF et le MCA – Niger invitent les coopératives, les groupements des coopératives ou leurs faitières, les organisations des jeunes producteurs (hommes et femmes), les petites et moyennes entreprises agricoles et les entreprises individuelles des jeunes qualifiées à soumettre des demandes de financement.

Télécharger l’Appel à Proposition ici >

APPEL A PROPOSITION (RFA) NUM : RFA-NIR-01-20

Date de lancement: 16 Juillet 2020 

Date de clôture: 23 Aout 2020 à 23:59 heures de Niamey

Contact Information: RFANigerCRA2020@usadf.gov;  www.usadf.gov

Climate Resilient Agriculture Grants Facility- Millennium Challenge Account-Niger (MCA – Niger)

Le 29 juillet 2016, le gouvernement du Niger (GoN) et le gouvernement des États-Unis d’Amérique, par l’intermédiaire du Millenium Challenge Corporation (MCC), ont signé un Compacte de 437,024 millions de dollars sur cinq ans. L’objectif de ce Compact est de réduire la pauvreté grâce à la croissance économique dans le but d’accroître les revenus ruraux en améliorant l’utilisation productive et durable des ressources naturelles pour la production agricole et en améliorant le marketing et l’accès au marché des produits agricoles.

Le programme comprend deux projets majeurs. Le Projet Irrigation et Accès aux Marchés (IAM) et le Projet des Communautés de Résiliente au Climat (CRC).

Le Projet des Communautés de Résiliente au Climat (CRC), qui comprend les Activités « Agriculture Résiliente au Climat » (CRA) et « le Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel » (PRAPS), vise à augmenter les revenus des familles tributaires de l’agriculture et de l’élevage à petite échelle dans les communes rurales éligibles du Niger en améliorant la productivité des cultures et du bétail, en gérant durablement les ressources naturelles essentielles à la productivité, en augmentant les revenus des entreprises agricoles et les ventes sur les marchés cibles.

L’Activité Agriculture Résiliente au Climat se décline en deux sous activités à savoir l’élaboration et la mise en œuvre des plans d’investissement résilients au climat (ICRIP) et le financement des facilités de subventions respectivement dans seize (16) et dix-huit (18) communes ciblées dans les régions de Tillabéry, Dosso, Tahoua et Maradi.

Pour la mise en œuvre des facilités de subventions, le MCC et le Gouvernement du Niger à travers le MCA – Niger ont sollicité l’expertise de United States African Development Foundation (USADF), une agence du gouvernement des Etats Unis spécialisées dans la mise en œuvre des subventions.

La Facilité de Subvention pour l’Agriculture Résiliente au Climat propose à travers des subventions, de fournir des services de développement aux entreprises, d’accroître les investissements dans les actifs productifs et de permettre l’adoption des pratiques et technologies agricoles respectueuses de l’environnement.

A travers ce deuxième appel à propositions, USADF et le MCA–Niger invitent les coopératives, les groupements des coopératives ou leurs faitières, les organisations des jeunes producteurs (hommes et femmes), les petites et moyennes entreprises agricoles et les entreprises individuelles des jeunes qualifiées à soumettre des demandes de financement. Bien que cet appel soit ouvert à tous les groupes mentionnés, les jeunes entrepreneurs et les groupes ou organisations de jeunes sont prioritaires pour cet appel. Les coopératives, les groupements des coopératives ou leurs faitières, et les petites et moyennes entreprises agricoles doivent avoir au minimum deux années de opérations et justifier d’une expérience dans l’activité qui fait l’objet de la demande de subvention. Toutefois les groupes de jeunes femmes et hommes, ayant des activités en cours ou qui sont porteurs des idées de projets bancables et accompagnés par une structure d’encadrement, peuvent être éligibles, même s’ils sont encours de formalisation (moyennant la fourniture des preuves comme une lettre de confirmation de l’institution qui a travaillé avec eux avant et/ou des documents de transactions commerciales antérieures). Les groupes nouvellement inscrits doivent fournir une certaine vérification de l’activité commerciale antérieure en tant que groupe pendant au moins un an (à l’exception des groupes d’épargne et d’autres groupes formés dans le cadre du Compact et des groupes de jeunes qui sont en mesure de démontrer un véritable engagement envers le projet).

NB. Les groupes qui ne sont pas encore inscrits au moment de soumission de leur demande doivent être enregistrés avant la signature d’un accord de subvention.

En raison de notre volonté de financer les activités des jeunes, nous encourageons particulièrement les jeunes et les groupes de jeunes à nous contacter dans les plus brefs délais pour avoir des informations nécessaires qui les aideront dans le montage de leurs demandes de subventions.

Les propositions doivent être des solutions innovantes qui permettent d’augmenter les revenus des petits producteurs et assurer une croissance durable des entreprises agricoles et pouvant être mise en œuvre pendant une période de douze à seize mois. Elles doivent porter sur les activités suivantes :

  • Production de cultures pluviales: Production et/ou distribution de semences résistantes à la sécheresse, achat de matériel et de machines agricoles, agriculture de conservation et gestion intégrée de la fertilité des sols (paillage, fertilisation des arbres, rotation des cultures, etc.), dispositifs empêchant l’érosion éolienne considérés comme investissements complémentaires (clôtures avec haies vives, brise-vents), production de compost, infrastructure de stockage et autres technologies pour réduire les pertes après récolte (transport) ;
  • Irrigation à petite échelle : Amélioration de petits périmètres irrigués déjà existants pour des cultures de niche (achat semences, achat de pompes, réalisation de réseaux californiens, acquisition de technologies de conservation de l’eau pour la distribution de l’eau, puits) ;
  • Elevage intégré : Production et distribution de fourrage, production d’intrants contribuant à l’élevage et à l’engraissement des petits ruminants et des bovins, unités de production, de transformation et de stockage de la récolte de fourrage irrigué, unités de traitement et de stockage de Bloc Multi nutritionnel densifié, production avicole villageoise (stock initial, poulailler, stockage des aliments), production intensive de poissons, achat et / ou construction des enclos d’animaux.
  • Transformation agroalimentaire : Transformation et ventes des produits apicoles, des céréales (sorgho, riz, mil, niébé, …), des fruits et légumes, les oléagineux et les légumineuses, transformation et vente de viande et de poisson, collecte de produits laitiers, refroidissement, stockage et transformation, équipement de transport du lait.
  •  Fourniture des intrants : Fabrication et vente de compost, magasins de vente des intrants, vente de semences, équipement de fabrication et stockage d’aliments de bétail ;
  • Commercialisation des produits forestiers non ligneux : feuilles, fruits, cordages etc.

Aussi, quatre autres  catégories d’activités sont admissibles au financement des subventions, si elles sont intégrées dans les plans des projets et s’insèrent dans l’une  des activités listées ci-dessus: (1) partenariats productifs qui soutiennent la croissance du secteur agricole, (2) la recherche et développement sur les intrants de production, (3) les pratiques et les technologies de résilience  au climat comme les énergies renouvelables (hors réseau), ou (4) les activités de marketing, de promotion et de commerce pour les groupes, les associations et les PME.

Les zones éligibles sont constituées des huit (8) communes dont : Dan Goulbi, Sabon Machi dans la région de Maradi ; Konni, Tsernaoua, Malbaza, Doguerawa dans la région de Tahoua, Tanda (Sia Kouanza) et Tessa dans la région de Dosso.

Pour bénéficier d’une subvention, une contrepartie est demandée au promoteur sous forme de cofinancement. Le tableau ci-dessous présente les différents niveaux de cofinancements en fonction de la fourchette de la subvention demandé :

Taille de subventionGroupes de producteurs, associations, coopérativesGroupes de femmes et groupes de jeunesPME

100 000$-250 000$

Soit environ :(55 millions à 137,5 millions de FCFA)

15% (dont 8% en espèces)10% (dont 5% en espèces)30% (dont 10% en espèces)

50 000$-100 000$

Soit environ :(27,5 millions à 55 millions de FCFA)

10%8%20% (dont 5% en espèces)
10 000$-50 000$

Soit environ :(5,5 millions à 27,5 millions de FCFA)

8%5%8%

Toute proposition impliquant une production ou une autre utilisation des terres doit faire l’objet d’un accès légal par le biais de droits formels ou coutumiers.

Comme contribution en espèce les actifs suivants peuvent être considérés : Fonds de roulement, crédit, contribution au fond de roulement pour les intrants. Pour le fonds de roulement cité comme contribution, la valeur des intrants, des matières premières doit être précisés et documentée avec des reçus d’achat, factures ou autres. Les intrants obtenus sans précision de valeur ne peuvent pas compter comme contribution. Les prêts octroyés par une ONG, une institution financière, une banque ou autres institutions destinés à financer directement l’activité du groupe ou tout actif, sont considérés comme des contributions en espèces admissibles.

Les contributions en natures peuvent être ; la terre, les bâtiments, les machines, les équipements et autres immobilisations entrant directement dans l’exécution du projet.

NB : La main d’œuvre non compensée n’est pas considérée comme contribution.

USADF ou MCA-Niger se réservent le droit de rejeter les contributions en nature proposées qui ne répondent pas aux normes de vérification ou de documentation. Toutes les contributions en nature doivent être en lien avec le plan d’entreprise ou la proposition de projet. En d’autres termes, le demandeur ne peut pas compter comme contribution en nature des actifs qui n’interviendront pas directement dans la mise en œuvre du projet.

Les projets sélectionnés pour un éventuel financement doivent avoir un seuil de rentabilité minimum de 10% sur un horizon de 10 ans. En plus, il sera favorisé des projets durables sur le plan social et environnemental, qui ne nuisent pas à l’environnement et ne compromettent pas la santé et la sécurité des bénéficiaires et des travailleurs. Le montant maximal d’une seule subvention est de 250 000 USD (137,5 millions de FCFA) avec une durée possible de seize (16) mois au maximum. Les subventions seront attribuées en francs CFA.  Les demandes doivent être soumises à la date et l’heure de clôture indiquées plus haut par courrier électronique à l’adresse Email : RFA2NigerCRA2020@usadf.gov.

 

La présente publication d’appel à propositions ne constitue en aucun cas un engagement d’USADF et n’engage pas l’USADF à payer les coûts issus de la préparation et de la soumission d’une demande. USADF se réserve le droit de rejeter toutes les demandes non conformes.

Si vous avez des questions concernant cet appel à propositions, vous pouvez les soumettre à l’adresse électronique fournie ci-dessus. Les propositions doivent être soumises en français.

En cas de plaintes ou griefs par rapport à cet appel à propositions, vous pouvez écrire à l’adresse Email suivante : GFNigerCRA@usadf.gov.

Des informations supplémentaires et une copie électronique l’appel à propositions sont disponibles sur notre site Web à l’adresse http://www.USADF.gov/.

Le formulaire de demande de financement est également disponible et téléchargeable sur notre site Web à l’adresse http://www.USADF.gov/.

Aussi, pendant le remplissage du formulaire, veillez à ne pas négliger la fourniture de données financières complètes et exactes.

Pour toutes vos questions concernant l’appel à proposition, veuillez écrire à l’adresse Email : RFANigerCRA2020@usadf.gov.

La date limite de soumission des propositions est le 23 Août 2020 à 23:59 heures de Niamey. Toute demande reçue au-delà de 23 :59 heures ne sera pas considérée.  

Début de l’immatriculation du Périmètre de Konni

Les opérations d’immatriculation du périmètre irrigué de Konni ont démarré ce 30 mai 2020. Un préalable aux travaux de réhabilitation de cet ouvrage.

Cette opération permettra aux exploitants d’avoir des parcelles sécurisées sur le plan juridique.

Cette action va déboucher sur la sécurisation juridique des emprises du périmètre et permettre plus tard la délivrance des contrats d’occupation aux Personnes Affectées par le Projet (PAPs) dans la cadre de la réhabilitation de ce périmètre.

Les spécialistes qui travaillent sur le terrain vont constituer un dossier à transmettre aux services des domaines et du cadastre pour l’établissement du titre foncier-mère comme propriété de l’Etat du Niger qui à travers l’ONAHA procédera à la délivrance des contrats d’occupation aux PAPs. Ceux-ci seront installés sur le périmètre une fois les travaux d’aménagement terminés.

L’expert géomètre en train d’effectuer les levées des limites du périmètre avec un GPS de haute précision.

MCA-Niger aura ainsi contribué à sécuriser définitivement le périmètre au nom de l’Etat du Niger et garantir ainsi aux PAPs une exploitation sécurisée de leurs parcelles.

Périmètre irrigué de Konni : les producteurs reçoivent les compensations

Chose promise, chose due ! Conformément à ses engagements à l’égard des personnes impactées par le projet (PAP) de la réhabilitation du Périmètre irrigué de Konni, des producteurs ont commencé à percevoir depuis ce jeudi 12 mars 2020, leurs compensations.

Boubacar Yahaya, l’un des premiers à recevoir sa compensation.

Les bénéficiaires sont allés de leurs commentaires pour saluer le respect des engagements par MCA-Niger.

Souley Assoumane Maigari est membre du Groupe mutualiste de producteurs (GMP6).

« C’est un sentiment de fierté et de réconfort qui m’anime ce jour; ce moment est très attendu par l’ensemble des exploitants du périmètre de Konni », a-t-il affirmé, avant de poursuivre, « Cette somme est une bonne opportunité de compenser les pertes de nos cultures en raison des travaux qui vont être réalisés dans nos champs par le programme Compact. Avec cet argent, je vais procurer des provisions alimentaires à mes femmes et mes 13 enfants afin d’assurer leur sécurité alimentaire et faire face à leurs besoins essentiels. »

Hassane Yaye, du quartier Mallamaoua de Konni.

« L’opération de paiement de la compensation est une preuve matérielle de la promesse tenue par MCA-Niger. C’est pourquoi j’en appelle à la collaboration de tous pour la réussite de ce processus. En tout état de cause, cette compensation est une forme de bonus en plus des travaux de modernisation du périmètre qui viendra substantiellement booster la productivité agricole et par conséquent, améliorer nos revenus tirés de la terre. »

Bello Salifou.

« Je puis vous confirmer qu’à partir de ce jour les esprits hésitants et sceptiques se sont calmés, car ils viennent de voir la preuve que les engagements ont été concrétisés. La confiance est retrouvée dans les rangs des exploitants qui vont consacrer l’essentiel de leur butin à l’achat des kits alimentaires nécessaires à leur prise en charge durant cette période de soudure. »

Respect des droits de communautés

Cette opération est une condition sine qua non avant le démarrage des travaux. Au terme d’un processus minutieux de recensement des PAP, MCA-Niger honore ainsi son engagement. Plus de 4000 producteurs sont concernés par cette phase de compensation.

Le Périmètre irrigué de Konni est un ouvrage vieux de plus de 30 ans; sa rénovation va permettre aux bénéficiaires de produire en tous temps grâce à l’eau d’irrigation.

Un responsable de la banque chargée des opérations, échange avec quelques bénéficiaires.

Les producteurs qui sont organisés en coopératives, s’apprêtent à mettre sur pied l’Association des usagers d’eau d’irrigation (AUEI) pour une gestion optimale et rigoureuse du précieux liquide.

Ils vont bénéficier d’un accompagnement de MCA-Niger à travers des formations qui tournent entre autres autour de l’alphabétisation fonctionnelle, l’application de nouvelles techniques culturales, etc.

Projet de Sia-Kouanza : le choix d’une irrigation à échelle optimale en discussion

Les résultats des études de rentabilité économique du projet grande irrigation de Sia-Kouanza, doublés des conclusions de celles environnementales, sociales et foncières, révèlent que l’option initiale devra subir une réorientation tout en gardant l’objectif de départ, servir plus de bénéficiaires et contribuer à réduire la pauvreté par la croissance économique. « Cette inflexion pragmatique dans la démarche, garde toutefois le financement et l’essence du projet, à savoir contribuer à réduire la pauvreté en milieu rural en mettant à la disposition des communautés des terres plus rentables grâce à des apports technologiques », a expliqué le Directeur Général de MCA-Niger, Mamane Annou à l’ouverture de ces trois jours d’atelier.

De Gauche à droite, la Directrice des Opérations de MCC, Katerin Ntep, le DG de MCA-Niger, Mamane Annou et la Directrice de Programme de MCA-Niger, Aminata Samaké.

Le projet garde son essence

Outre la rentabilité économique, le facteur temps constitue une contrainte majeure à la concrétisation de ce projet. En effet, le Compact court encore sur trois années (fin en janvier 2023), une période insuffisante pour mener à bien le projet de grande irrigation de Sia-Kouanza. L’inflexion apportée au projet ne modifie ni le financement ni le site de réalisation.

La rencontre a regroupé des spécialistes venus de divers horizons.

La première journée de travail ce 27 janvier a principalement porté sur l’analyse de l’existant et les expériences des différents acteurs du domaine de la petite irrigation.

Le Niger a adopté depuis le 10 avril 2015 une Stratégie Nationale pour la Petite Irrigation (SPIN) qui répond aux besoins d’harmonisation des approches d’intervention et de financement dans le domaine de la petite irrigation.

Les échanges ont également permis à MCA-Niger de s’imprégner des expériences de différents partenaires techniques et financiers déjà rompus à la tâche au Niger. Parmi les problématiques abordées, la pérennisation du système et son auto- renouvellement, l’utilisation des nouvelles technologies et la maintenance des équipements en milieu rural et celle de l’approvisionnement suffisante en eau.

Les participants ont aussi évoqué les questions fondamentales du Genre et de l’Inclusion Sociale ; dans le cas d’espèce, il s’agit de prendre les dispositions idoines pour s’assurer au maximum de la participation des couches de la société, notamment, les plus vulnérables.

Atelier de lancement de l’étude sur les corridors de transhumance de Tahoua et Maradi

 

Des représentants de différentes organisations ont pris part à la rencontre.

La mise en place des corridors de transhumance de façon durable et efficiente représente un enjeu majeur dans la préservation du cheptel nigérien et par ricochet pour la croissance de l’économie nationale. L’élevage au Niger contribue à hauteur de 11% au PIB national et presque 40% du PIB agricole.

Fort de cela le Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel (PRAPS) de MCA-Niger a organisé ce 20 Janvier 2020 l’atelier de lancement des travaux sur les couloirs pastoraux  des régions de Tahoua et de Maradi.

Lors de ces études, MCA-Niger s’engage à respecter les contraintes environnementales et à favoriser la durabilité et l’engagement des communautés dans les actions à mener.

Le DG de MCA-Niger (costume) a relevé la portée de l’élevage dans l’économie nigérienne.

Le développement des plans d’aménagement pastoraux permettra de renforcer la gestion durable et l’accès sécurisé des communautés pastorales et agro-pastorales aux ressources naturelles indispensables au développement et à la croissance de leur cheptel. « Ces activités permettront également de faciliter la mobilité des éleveurs et de leurs animaux, réduisant ainsi les contraintes liées à l’accès aux ressources pastorales essentielles que sont l’eau et le pâturage et réduire par la même occasion les conflits y afférents », a expliqué le Directeur Général de MCA-Niger, Mamane Annou. 

Le Programme Compact appuie l’élevage nigérien en travaillant à l’amélioration de la santé animale, la gestion des ressources et la facilitation de l’accès au marché.