Atelier d’information et de lancement du projet d’irrigation de Sia-Kouanza

 

Un atelier d’information et de lancement des activités du projet d’irrigation de Sia-Kouanza s’est tenu au gouvernorat de la région de Dosso le mercredi 11 novembre 2020.

Les autorités et les services techniques de la région ont été informés sur le contenu du projet qui va intervenir sur les terres de la Basse Terrasse dans les communes de Tanda et de Sambéra dans la Région de Dosso.

Les techniciens de MCA-Niger ont échangé avec les différentes parties prenantes sur les questions relatives aux arrangements fonciers, à l’environnement, la disponibilité en eau, le respect du genre et de l’inclusion sociale, l’accompagnement des producteurs et les modèles d’irrigation adoptés.

Le DG de MCA-Niger (à gauche) et le Gouverneur de Dosso.

La rencontre s’est déroulée en présence du Gouverneur de la région de Dosso, du Directeur Général de MCA-Niger et des représentants des différents services techniques décentralisés.

Le Directeur Général de MCA-Niger, Mamane Annou a sollicité l’appui des autorités régionales et des services techniques pour la réussite de ce projet.

Trois autres ateliers du même genre sont prévus dans les prochains jours à Gaya, Tanda et Sambéra. L’objectif est d’informer et d’échanger avec les autorités locales et les populations des communes d’intervention sur le démarrage des activités du projet.

 

 

Deuxième appel à proposition dans le cadre des facilités de subvention du CRA

La Facilité de Subvention pour l’Agriculture Résiliente au Climat propose à travers des subventions, de fournir des services de développement aux entreprises, d’accroître les investissements dans les actifs productifs et de permettre l’adoption des pratiques et technologies agricoles respectueuses de l’environnement.

A travers ce deuxième appel à propositions, USADF et le MCA – Niger invitent les coopératives, les groupements des coopératives ou leurs faitières, les organisations des jeunes producteurs (hommes et femmes), les petites et moyennes entreprises agricoles et les entreprises individuelles des jeunes qualifiées à soumettre des demandes de financement.

Télécharger l’Appel à Proposition ici >

APPEL A PROPOSITION (RFA) NUM : RFA-NIR-01-20

Date de lancement: 16 Juillet 2020 

Date de clôture: 23 Aout 2020 à 23:59 heures de Niamey

Contact Information: RFANigerCRA2020@usadf.gov;  www.usadf.gov

Climate Resilient Agriculture Grants Facility- Millennium Challenge Account-Niger (MCA – Niger)

Le 29 juillet 2016, le gouvernement du Niger (GoN) et le gouvernement des États-Unis d’Amérique, par l’intermédiaire du Millenium Challenge Corporation (MCC), ont signé un Compacte de 437,024 millions de dollars sur cinq ans. L’objectif de ce Compact est de réduire la pauvreté grâce à la croissance économique dans le but d’accroître les revenus ruraux en améliorant l’utilisation productive et durable des ressources naturelles pour la production agricole et en améliorant le marketing et l’accès au marché des produits agricoles.

Le programme comprend deux projets majeurs. Le Projet Irrigation et Accès aux Marchés (IAM) et le Projet des Communautés de Résiliente au Climat (CRC).

Le Projet des Communautés de Résiliente au Climat (CRC), qui comprend les Activités « Agriculture Résiliente au Climat » (CRA) et « le Projet Régional d’Appui au Pastoralisme au Sahel » (PRAPS), vise à augmenter les revenus des familles tributaires de l’agriculture et de l’élevage à petite échelle dans les communes rurales éligibles du Niger en améliorant la productivité des cultures et du bétail, en gérant durablement les ressources naturelles essentielles à la productivité, en augmentant les revenus des entreprises agricoles et les ventes sur les marchés cibles.

L’Activité Agriculture Résiliente au Climat se décline en deux sous activités à savoir l’élaboration et la mise en œuvre des plans d’investissement résilients au climat (ICRIP) et le financement des facilités de subventions respectivement dans seize (16) et dix-huit (18) communes ciblées dans les régions de Tillabéry, Dosso, Tahoua et Maradi.

Pour la mise en œuvre des facilités de subventions, le MCC et le Gouvernement du Niger à travers le MCA – Niger ont sollicité l’expertise de United States African Development Foundation (USADF), une agence du gouvernement des Etats Unis spécialisées dans la mise en œuvre des subventions.

La Facilité de Subvention pour l’Agriculture Résiliente au Climat propose à travers des subventions, de fournir des services de développement aux entreprises, d’accroître les investissements dans les actifs productifs et de permettre l’adoption des pratiques et technologies agricoles respectueuses de l’environnement.

A travers ce deuxième appel à propositions, USADF et le MCA–Niger invitent les coopératives, les groupements des coopératives ou leurs faitières, les organisations des jeunes producteurs (hommes et femmes), les petites et moyennes entreprises agricoles et les entreprises individuelles des jeunes qualifiées à soumettre des demandes de financement. Bien que cet appel soit ouvert à tous les groupes mentionnés, les jeunes entrepreneurs et les groupes ou organisations de jeunes sont prioritaires pour cet appel. Les coopératives, les groupements des coopératives ou leurs faitières, et les petites et moyennes entreprises agricoles doivent avoir au minimum deux années de opérations et justifier d’une expérience dans l’activité qui fait l’objet de la demande de subvention. Toutefois les groupes de jeunes femmes et hommes, ayant des activités en cours ou qui sont porteurs des idées de projets bancables et accompagnés par une structure d’encadrement, peuvent être éligibles, même s’ils sont encours de formalisation (moyennant la fourniture des preuves comme une lettre de confirmation de l’institution qui a travaillé avec eux avant et/ou des documents de transactions commerciales antérieures). Les groupes nouvellement inscrits doivent fournir une certaine vérification de l’activité commerciale antérieure en tant que groupe pendant au moins un an (à l’exception des groupes d’épargne et d’autres groupes formés dans le cadre du Compact et des groupes de jeunes qui sont en mesure de démontrer un véritable engagement envers le projet).

NB. Les groupes qui ne sont pas encore inscrits au moment de soumission de leur demande doivent être enregistrés avant la signature d’un accord de subvention.

En raison de notre volonté de financer les activités des jeunes, nous encourageons particulièrement les jeunes et les groupes de jeunes à nous contacter dans les plus brefs délais pour avoir des informations nécessaires qui les aideront dans le montage de leurs demandes de subventions.

Les propositions doivent être des solutions innovantes qui permettent d’augmenter les revenus des petits producteurs et assurer une croissance durable des entreprises agricoles et pouvant être mise en œuvre pendant une période de douze à seize mois. Elles doivent porter sur les activités suivantes :

  • Production de cultures pluviales: Production et/ou distribution de semences résistantes à la sécheresse, achat de matériel et de machines agricoles, agriculture de conservation et gestion intégrée de la fertilité des sols (paillage, fertilisation des arbres, rotation des cultures, etc.), dispositifs empêchant l’érosion éolienne considérés comme investissements complémentaires (clôtures avec haies vives, brise-vents), production de compost, infrastructure de stockage et autres technologies pour réduire les pertes après récolte (transport) ;
  • Irrigation à petite échelle : Amélioration de petits périmètres irrigués déjà existants pour des cultures de niche (achat semences, achat de pompes, réalisation de réseaux californiens, acquisition de technologies de conservation de l’eau pour la distribution de l’eau, puits) ;
  • Elevage intégré : Production et distribution de fourrage, production d’intrants contribuant à l’élevage et à l’engraissement des petits ruminants et des bovins, unités de production, de transformation et de stockage de la récolte de fourrage irrigué, unités de traitement et de stockage de Bloc Multi nutritionnel densifié, production avicole villageoise (stock initial, poulailler, stockage des aliments), production intensive de poissons, achat et / ou construction des enclos d’animaux.
  • Transformation agroalimentaire : Transformation et ventes des produits apicoles, des céréales (sorgho, riz, mil, niébé, …), des fruits et légumes, les oléagineux et les légumineuses, transformation et vente de viande et de poisson, collecte de produits laitiers, refroidissement, stockage et transformation, équipement de transport du lait.
  •  Fourniture des intrants : Fabrication et vente de compost, magasins de vente des intrants, vente de semences, équipement de fabrication et stockage d’aliments de bétail ;
  • Commercialisation des produits forestiers non ligneux : feuilles, fruits, cordages etc.

Aussi, quatre autres  catégories d’activités sont admissibles au financement des subventions, si elles sont intégrées dans les plans des projets et s’insèrent dans l’une  des activités listées ci-dessus: (1) partenariats productifs qui soutiennent la croissance du secteur agricole, (2) la recherche et développement sur les intrants de production, (3) les pratiques et les technologies de résilience  au climat comme les énergies renouvelables (hors réseau), ou (4) les activités de marketing, de promotion et de commerce pour les groupes, les associations et les PME.

Les zones éligibles sont constituées des huit (8) communes dont : Dan Goulbi, Sabon Machi dans la région de Maradi ; Konni, Tsernaoua, Malbaza, Doguerawa dans la région de Tahoua, Tanda (Sia Kouanza) et Tessa dans la région de Dosso.

Pour bénéficier d’une subvention, une contrepartie est demandée au promoteur sous forme de cofinancement. Le tableau ci-dessous présente les différents niveaux de cofinancements en fonction de la fourchette de la subvention demandé :

Taille de subventionGroupes de producteurs, associations, coopérativesGroupes de femmes et groupes de jeunesPME

100 000$-250 000$

Soit environ :(55 millions à 137,5 millions de FCFA)

15% (dont 8% en espèces)10% (dont 5% en espèces)30% (dont 10% en espèces)

50 000$-100 000$

Soit environ :(27,5 millions à 55 millions de FCFA)

10%8%20% (dont 5% en espèces)
10 000$-50 000$

Soit environ :(5,5 millions à 27,5 millions de FCFA)

8%5%8%

Toute proposition impliquant une production ou une autre utilisation des terres doit faire l’objet d’un accès légal par le biais de droits formels ou coutumiers.

Comme contribution en espèce les actifs suivants peuvent être considérés : Fonds de roulement, crédit, contribution au fond de roulement pour les intrants. Pour le fonds de roulement cité comme contribution, la valeur des intrants, des matières premières doit être précisés et documentée avec des reçus d’achat, factures ou autres. Les intrants obtenus sans précision de valeur ne peuvent pas compter comme contribution. Les prêts octroyés par une ONG, une institution financière, une banque ou autres institutions destinés à financer directement l’activité du groupe ou tout actif, sont considérés comme des contributions en espèces admissibles.

Les contributions en natures peuvent être ; la terre, les bâtiments, les machines, les équipements et autres immobilisations entrant directement dans l’exécution du projet.

NB : La main d’œuvre non compensée n’est pas considérée comme contribution.

USADF ou MCA-Niger se réservent le droit de rejeter les contributions en nature proposées qui ne répondent pas aux normes de vérification ou de documentation. Toutes les contributions en nature doivent être en lien avec le plan d’entreprise ou la proposition de projet. En d’autres termes, le demandeur ne peut pas compter comme contribution en nature des actifs qui n’interviendront pas directement dans la mise en œuvre du projet.

Les projets sélectionnés pour un éventuel financement doivent avoir un seuil de rentabilité minimum de 10% sur un horizon de 10 ans. En plus, il sera favorisé des projets durables sur le plan social et environnemental, qui ne nuisent pas à l’environnement et ne compromettent pas la santé et la sécurité des bénéficiaires et des travailleurs. Le montant maximal d’une seule subvention est de 250 000 USD (137,5 millions de FCFA) avec une durée possible de seize (16) mois au maximum. Les subventions seront attribuées en francs CFA.  Les demandes doivent être soumises à la date et l’heure de clôture indiquées plus haut par courrier électronique à l’adresse Email : RFA2NigerCRA2020@usadf.gov.

 

La présente publication d’appel à propositions ne constitue en aucun cas un engagement d’USADF et n’engage pas l’USADF à payer les coûts issus de la préparation et de la soumission d’une demande. USADF se réserve le droit de rejeter toutes les demandes non conformes.

Si vous avez des questions concernant cet appel à propositions, vous pouvez les soumettre à l’adresse électronique fournie ci-dessus. Les propositions doivent être soumises en français.

En cas de plaintes ou griefs par rapport à cet appel à propositions, vous pouvez écrire à l’adresse Email suivante : GFNigerCRA@usadf.gov.

Des informations supplémentaires et une copie électronique l’appel à propositions sont disponibles sur notre site Web à l’adresse http://www.USADF.gov/.

Le formulaire de demande de financement est également disponible et téléchargeable sur notre site Web à l’adresse http://www.USADF.gov/.

Aussi, pendant le remplissage du formulaire, veillez à ne pas négliger la fourniture de données financières complètes et exactes.

Pour toutes vos questions concernant l’appel à proposition, veuillez écrire à l’adresse Email : RFANigerCRA2020@usadf.gov.

La date limite de soumission des propositions est le 23 Août 2020 à 23:59 heures de Niamey. Toute demande reçue au-delà de 23 :59 heures ne sera pas considérée.  

Début de l’immatriculation du Périmètre de Konni

Les opérations d’immatriculation du périmètre irrigué de Konni ont démarré ce 30 mai 2020. Un préalable aux travaux de réhabilitation de cet ouvrage.

Cette opération permettra aux exploitants d’avoir des parcelles sécurisées sur le plan juridique.

Cette action va déboucher sur la sécurisation juridique des emprises du périmètre et permettre plus tard la délivrance des contrats d’occupation aux Personnes Affectées par le Projet (PAPs) dans la cadre de la réhabilitation de ce périmètre.

Les spécialistes qui travaillent sur le terrain vont constituer un dossier à transmettre aux services des domaines et du cadastre pour l’établissement du titre foncier-mère comme propriété de l’Etat du Niger qui à travers l’ONAHA procédera à la délivrance des contrats d’occupation aux PAPs. Ceux-ci seront installés sur le périmètre une fois les travaux d’aménagement terminés.

L’expert géomètre en train d’effectuer les levées des limites du périmètre avec un GPS de haute précision.

MCA-Niger aura ainsi contribué à sécuriser définitivement le périmètre au nom de l’Etat du Niger et garantir ainsi aux PAPs une exploitation sécurisée de leurs parcelles.

Périmètre irrigué de Konni : les producteurs reçoivent les compensations

Chose promise, chose due ! Conformément à ses engagements à l’égard des personnes impactées par le projet (PAP) de la réhabilitation du Périmètre irrigué de Konni, des producteurs ont commencé à percevoir depuis ce jeudi 12 mars 2020, leurs compensations.

Boubacar Yahaya, l’un des premiers à recevoir sa compensation.

Les bénéficiaires sont allés de leurs commentaires pour saluer le respect des engagements par MCA-Niger.

Souley Assoumane Maigari est membre du Groupe mutualiste de producteurs (GMP6).

« C’est un sentiment de fierté et de réconfort qui m’anime ce jour; ce moment est très attendu par l’ensemble des exploitants du périmètre de Konni », a-t-il affirmé, avant de poursuivre, « Cette somme est une bonne opportunité de compenser les pertes de nos cultures en raison des travaux qui vont être réalisés dans nos champs par le programme Compact. Avec cet argent, je vais procurer des provisions alimentaires à mes femmes et mes 13 enfants afin d’assurer leur sécurité alimentaire et faire face à leurs besoins essentiels. »

Hassane Yaye, du quartier Mallamaoua de Konni.

« L’opération de paiement de la compensation est une preuve matérielle de la promesse tenue par MCA-Niger. C’est pourquoi j’en appelle à la collaboration de tous pour la réussite de ce processus. En tout état de cause, cette compensation est une forme de bonus en plus des travaux de modernisation du périmètre qui viendra substantiellement booster la productivité agricole et par conséquent, améliorer nos revenus tirés de la terre. »

Bello Salifou.

« Je puis vous confirmer qu’à partir de ce jour les esprits hésitants et sceptiques se sont calmés, car ils viennent de voir la preuve que les engagements ont été concrétisés. La confiance est retrouvée dans les rangs des exploitants qui vont consacrer l’essentiel de leur butin à l’achat des kits alimentaires nécessaires à leur prise en charge durant cette période de soudure. »

Respect des droits de communautés

Cette opération est une condition sine qua non avant le démarrage des travaux. Au terme d’un processus minutieux de recensement des PAP, MCA-Niger honore ainsi son engagement. Plus de 4000 producteurs sont concernés par cette phase de compensation.

Le Périmètre irrigué de Konni est un ouvrage vieux de plus de 30 ans; sa rénovation va permettre aux bénéficiaires de produire en tous temps grâce à l’eau d’irrigation.

Un responsable de la banque chargée des opérations, échange avec quelques bénéficiaires.

Les producteurs qui sont organisés en coopératives, s’apprêtent à mettre sur pied l’Association des usagers d’eau d’irrigation (AUEI) pour une gestion optimale et rigoureuse du précieux liquide.

Ils vont bénéficier d’un accompagnement de MCA-Niger à travers des formations qui tournent entre autres autour de l’alphabétisation fonctionnelle, l’application de nouvelles techniques culturales, etc.

Projet de Sia-Kouanza : le choix d’une irrigation à échelle optimale en discussion

Les résultats des études de rentabilité économique du projet grande irrigation de Sia-Kouanza, doublés des conclusions de celles environnementales, sociales et foncières, révèlent que l’option initiale devra subir une réorientation tout en gardant l’objectif de départ, servir plus de bénéficiaires et contribuer à réduire la pauvreté par la croissance économique. « Cette inflexion pragmatique dans la démarche, garde toutefois le financement et l’essence du projet, à savoir contribuer à réduire la pauvreté en milieu rural en mettant à la disposition des communautés des terres plus rentables grâce à des apports technologiques », a expliqué le Directeur Général de MCA-Niger, Mamane Annou à l’ouverture de ces trois jours d’atelier.

De Gauche à droite, la Directrice des Opérations de MCC, Katerin Ntep, le DG de MCA-Niger, Mamane Annou et la Directrice de Programme de MCA-Niger, Aminata Samaké.

Le projet garde son essence

Outre la rentabilité économique, le facteur temps constitue une contrainte majeure à la concrétisation de ce projet. En effet, le Compact court encore sur trois années (fin en janvier 2023), une période insuffisante pour mener à bien le projet de grande irrigation de Sia-Kouanza. L’inflexion apportée au projet ne modifie ni le financement ni le site de réalisation.

La rencontre a regroupé des spécialistes venus de divers horizons.

La première journée de travail ce 27 janvier a principalement porté sur l’analyse de l’existant et les expériences des différents acteurs du domaine de la petite irrigation.

Le Niger a adopté depuis le 10 avril 2015 une Stratégie Nationale pour la Petite Irrigation (SPIN) qui répond aux besoins d’harmonisation des approches d’intervention et de financement dans le domaine de la petite irrigation.

Les échanges ont également permis à MCA-Niger de s’imprégner des expériences de différents partenaires techniques et financiers déjà rompus à la tâche au Niger. Parmi les problématiques abordées, la pérennisation du système et son auto- renouvellement, l’utilisation des nouvelles technologies et la maintenance des équipements en milieu rural et celle de l’approvisionnement suffisante en eau.

Les participants ont aussi évoqué les questions fondamentales du Genre et de l’Inclusion Sociale ; dans le cas d’espèce, il s’agit de prendre les dispositions idoines pour s’assurer au maximum de la participation des couches de la société, notamment, les plus vulnérables.

Le Conseil d’Administration valide le Plan d’Action de Réinstallation du périmètre irrigué de Konni

 

La 10e réunion ordinaire du Conseil d’Administration de MCA-Niger tenue ce mercredi 22 janvier 2020, a planché sur plusieurs sujets d’importance dont l’approbation du Plan d’Action de Réinstallation (PAR) du périmètre irrigué de Konni ainsi que la réorientation du projet d’irrigation de Sia-Kouanza.

A propos du périmètre de Konni, les préparatifs sont assez avancés en vue de payer la compensation aux personnes affectées par le projet (PAP).

L’entreprise chargée des travaux de réhabilitation est déjà sur place pour le début effectif de sa mission qui est tributaire de la réalisation de cette étape.

Des inflexions dans le projet de Sia-Kouanza

Au terme de plusieurs études approfondies, il ressort que le projet de Sia-Kouanza (Gaya), doit subir quelques réajustements tout en gardant l’essence de l’activité : permettre à plus de producteurs d’avoir accès à des surfaces améliorées et plus rentables, sans déstructurer l’existant.

Jonathan Richart, Vice-Président de MCC et Kristin Penn, Directrice Pays de MCC.

Dans cette perspective, MCC, le bailleur du Compact, par la voix de son Vice-Président, Jonathan Richart, a porté cette nouvelle donne à la connaissance du Conseil d’Administration afin d’avoir son aval pour définir les contours de cet aménagement apporté au projet. Six mois supplémentaires ont été accordés à MCA-Niger afin de modifier le projet, tout en veillant à conserver les zones d’intervention et les fonds alloués au départ.

La disponibilité de ressources en eau constitue un sérieux défi dans la promotion de l’agriculture. C’est à cet effet que MCC a sollicité l’expertise de Radar Technologies International (RTI), un cabinet international d’exploration hydrogéologique afin de mieux orienter les projets dans le cadre du Compact. Alain Gachet, PDG de RTI a restitué les résultats de l’étude afin de développer des outils pour la planification de la gestion des ressources en eaux souterraines et le renforcement des capacités au Niger.

Pour la réhabilitation des routes (RN7, RN35 et la Route rurale Sambéra-Guitodo), des appels d’offres sont prévus en mars 2020 et les travaux en juin, pour une durée d’exécution de 22 mois. La nouvelle méthode GENIS (Gestion par niveau de service) sera testée dans ce cadre avant le transfert des infrastructures à la partie nationale.

Les responsables de MCA-Niger présents à la rencontre.

L’activité Communautés Résilientes au Climat et le Projet d’appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS) ont présent un état d’avancement positif de leurs différentes initiatives.

Le Conseil d’Administration tout en relevant des avancées dans le processus de la réforme du secteur des engrais, a instruit les différentes parties prenantes de cette activité de faire plus de diligence pour accélérer la cadence de ce secteur crucial dans la promotion de l’agriculture au Niger.

 

Réhabilitation Périmètre irrigué de Konni : le consultant présenté aux communautés

MSA, le cabinet chargé de préparer le plan de réinstallation dans le cadre de la réhabilitation du Périmètre irrigué de Konni, a été officiellement présenté aux populations de ce département.

Les échanges avec les communautés.
Les échanges avec les communautés.

Des consultations publiques sont prévues dans les 10 villages et 12 quartiers concernés par les actions du Compact de MCA-Niger.

Ces rencontres visent essentiellement à échanger avec les communautés sur la mission de MSA et obtenir leur adhésion à ce projet de développement dont les retombées seront considérables dans la lutte contre la pauvreté, socle du travail de MCA-Niger.

Cette mission fait suite à celle organisée à l’endroit des responsables administratifs, politiques et coutumiers du département en vue d’une meilleure collaboration entre eux, MSA et MCA-Niger dans la mise en œuvre de ce projet.

L’atelier de la consultation pour la GDSI organisée à Konni

Atelier de la consultation pour la GDSI organisée à Konni

MCA-Niger, les consultants et les différentes parties prenantes ont assisté ce 9 Octobre à Konni, à un atelier sur le lancement de la consultation pour la Gestion durable des services d’irrigation (GDSI).

Cette sous-activité fait partie du grand projet de réhabilitation du périmètre irrigué de Konni. Le consultant CACG a présenté sa méthodologie qui va être enrichie par les apports des parties prenantes tout au long du processus.

CACG va dans le cadre de la mise en oeuvre de ce projet, former les associations des Usagers de l’eau d’irrigation (AUEI) en tant qu’entités autonomes dans la gestion des aménagements hydroagricoles (AHA) qui se situent à l’intérieur des périmètres irrigués.

Le but visé par la démarche est d’obtenir une meilleure gouvernance et rentabilité des ressources et des réalisations .

Le Directeur de Programme  de MCA-Niger, Moussa Mahamane Chano (au centre)
Le Directeur de Programme de MCA-Niger, Moussa Mahamane Chano (au centre)

C’est dans cette perspective que le Directeur de Programme de MCA-Niger, Moussa Mahamane Chano, a relevé à juste titre la portée de la réhabilitation du périmètre irrigué de Konni pour les populations bénéficiaires.

Le périmètre couvre une superficie de 2452 hectares.

Participants à l'atelier.
Participants à l’atelier.

Birni N’Konni : remise de sites aux consultants

Début ce matin à Birni N’Konni (région de Tahoua) d’une mission de MCA-Niger. L’objectif est la remise des sites au Consultant CACG.
Il sera question en outre de l’organisation d’un atelier de lancement de la consultation pour la mise en oeuvre de la sous- activité Gestion Durable du Système d’Irrigation (GDSI) à Birni N’Konni.

La série de visites sur le terrain a concerné d’abord le barrage de Mozague en compagnie des responsables locaux de l’Office National des Aménagements Hydroagricoles (ONAHA) de Konni.

D’une capacité de 30 millions de mètres cube, cet ouvrage a été réalisé en 1980 pour renforcer le barrage de Zongo.

L’équipe de consultants de CACG a relevé d’énormes contraintes liées à l’ensablement qui a affecté ses capacités de stockage avec des pertes estimées à plus d’un tiers de sa capacité.

Visite du barrage de Zongo
Visite du barrage de Zongo

La délégation s’est aussi rendue au barrage de Zongo. Construit en 1977, il dispose d’une capacité estimée à environ 15 millions de m3.
La mission a également visité la réserve tampon de Tierassa Mangou.
Au cours des rencontres avec les différentes autorités de la localité, la délégation de MCA-Niger a reçu leur assentiment à s’impliquer pour la remise en état du périmètre irrigué de Konni.

Développement des périmètres irrigués

  • Projet de réhabilitation du périmètre de Konni

Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme Compact du Niger financé par le Gouvernement Américain à travers le Millennium Challenge Corporation (MCC), il est prévu au titre du Projet Irrigation et Accès aux Marchés, et à travers l’activité 1.1 : « Développement des Périmètres Irriguées », de réhabiliter l’ensemble du périmètre irrigué de Birni N’ Konni.

Le périmètre de Konni et les ouvrages connexes le desservant ont été construits en 1976 puis 1982. Ils sont situés autour de la ville de Birni N’Konni (Konni), dans le département du même nom, dans la région de Tahoua.

Le périmètre de Konni couvre une superficie brute de 3000 ha dont 2 452 ha net (irrigués) et exploités par 4 843 Producteurs répartis dans  12 villages situés aux alentours de la ville de Konni et 10 quartiers de Konni. Le périmètre a été aménagé pour permettre une irrigation complémentaire en saison de pluie sur l’ensemble de la superficie irriguée et une irrigation complète en saison sèche sur 1 226 ha. Pour sa gestion administrative, le périmètre est découpé en deux zones, Konni 1 comprenant 15 Groupement Mutualiste des Producteurs (GMP), et Konni 2 comprenant 19 GMP.

Le périmètre est alimenté par la Maggia, à travers deux barrages à savoir Mozagué (capacité actuelle : 20.2 Millions de m3)  et Zongo (capacité actuelle : 10,8 Millions de m3) alimentant un réservoir tampon à Tcherassa (capacité actuelle : 1,05 Millions de m3) par l’entremise d’un canal d’amenée long d’environ 15 Km.

 

Carte de la zone du projet Konni
Carte de la zone du projet Konni

Contexte et objectifs du Projet

La dégradation des infrastructures en raison du manque d’entretien, de leur vieillissement et de l’envasement/ensablement des barrages et du réservoir tampon a réduit la capacité d’irrigation du système. On estime que plus de 700 ha ne sont plus irrigables. De nombreux agriculteurs ont foncé des puits pour pallier à ce manque d’eau.

L’objectif du projet est de restaurer le système pour qu’il retrouve sa capacité initiale.

Les actions retenues dans le cadre de l’intervention du projet COMPACT sur financement du MCC;  géré et mis en œuvre à travers le Millennium Challenge Account – Niger (MCA-Niger) et dont les objectifs globaux sont l’augmentation des revenus d’origine rurale par :

  • L’amélioration de la productivité agricole tout en garantissant la gestion durable des ressources naturelles ;
  • La modernisation de l’irrigation et des systèmes de gestion des inondations ;
  • L’augmentation des ventes en assurant un accès suffisant aux divers secteurs et marchés existants ;
  • Le soutien de la croissance des entreprises agricoles.

Mise en oeuvre du Projet

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet, un certain nombre de taches de l’activité «  Développement des Périmètres Irrigués » sont déjà réalisées et d’autres en cours notamment :

  • la supervision des études d’Avant-Projet Détaillé (APD), Etudes d’Impact Environnemental Et Social (EIES) avec option pour la supervision des travaux de réhabilitation du périmètre irrigué de KONNI conduite par le Bureau d’études STUDI International recruté à travers un Appel d’Offre International.
  • les Négociations de la tranche optionnelle du contrat de STUDI International relatif à la supervision des travaux de réhabilitation du périmètre ;
  • et la conduite du processus de lancement du Dossier d’Appel d’Offre, pour la sélection des entreprises de travaux.

 

  • Projet de développement des nouveaux aménagements hydro agricoles dans la zone Sia–Kouanza

Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme Compact du Niger financé par le Gouvernement Américain à travers le Millennium Challenge Corporation (MCC), il est prévu au titre du Projet Irrigation et Accès aux marchés, et à travers l’activité 1.1 : « Développement des Périmètres Irriguées », de développer des nouveaux Aménagements Hydro Agricoles dans la zone de Sia –Kouanza, Commune de Tanda et Gaya, Département de Gaya (voir ci-dessous la carte de la zone d’étude).

Carte zone de projet Sia-Kouanza
Carte zone de projet Sia-Kouanza

Objectifs du Projet

L’objectif du projet est de réaliser des nouveaux périmètres irrigués dans la zone de Sia Kouanza : les cuvettes longeant le fleuve Niger d’Albarkaizé à Tondika (Z4, Z5, Z6 et Z7 en violet sur la carte), et les basses terrasses de Sia (délimitées en rouge sur la carte).

Les actions retenues dans le cadre de l’intervention du projet permettront :

  • L’amélioration de la productivité agricole tout en garantissant la gestion durable des ressources naturelles ;
  • La modernisation de l’irrigation par l’entremise de la mise en place des systèmes d’irrigation à maîtrise totale et des systèmes de gestion des inondations à travers les endiguements ;
  • L’augmentation des ventes en assurant un accès suffisant aux divers secteurs et marchés existants à travers la réhabilitation des routes RN7, RN 35 et une bretelle de piste rurale reliant la RN7 et RN35 en passant par Sambéra;
  • Le soutien de la croissance des entreprises agricoles.

Mise en oeuvre du Projet

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet, un certain nombre de taches de l’activité « Développement des Périmètres Irrigués » sont déjà réalisées et d’autres en cours notamment, la conduite du processus de recrutement d’un Consultant pour le parachèvement des études d’Avant-Projet Sommaire (APS), Etudes d’Impact Environnemental Et Social (EIES) avec option pour la réalisation des études APD/DAO et  supervision des travaux.